Comment fonctionne la loi Pinel Plus

Êtes-vous un citoyen français à la recherche d’une opportunité pour devenir propriétaire ? Ou bien vous cherchez des moyens de faire des économies d’impôts tout en investissant dans l’immobilier ? La loi Pinel Plus, également connue sous le nom de loi Pinel, est une loi française qui offre des déductions fiscales allant jusqu’à 17,5 % sur 12 ans lorsqu’une personne achète un bien immobilier neuf. Ce article présentera les points clés de cette loi et comment elle peut vous aider à devenir propriétaire ou investisseur.

Le fonctionnement de la loi Pinel Plus

Le dispositif de défiscalisation Pinel a été mis en place par le gouvernement français en 2014. Il offre des avantages fiscaux aux investisseurs qui achètent des biens immobiliers et les mettent en location sur une période de 6 à 12 ans. La loi Pinel est une initiative du gouvernement français qui vise à stimuler l’investissement dans l’immobilier.

La loi Pinel Plus permet aux citoyens français éligibles de bénéficier d’une réduction de leurs impôts en louant un bien immobilier répondant à certains critères. Il existe différents taux de réduction d’impôts disponibles en fonction du type de bien acheté et de la zone dans laquelle il se trouve. En 2023, le taux le maximum est de 17,5 %, qui s’applique aux biens situés dans certaines zones géographiques.

Le dispositif Pinel Plus, qui a débuté le 1er janvier 2023, peut également offrir une opportunité intéressante de planification de la retraite pour ceux qui souhaitent utiliser leurs revenus locatifs comme revenu de retraite supplémentaire. L’introduction de la loi Pinel marque une nouvelle ère passionnante dans les efforts déployés par la France pour l’investissement et d’achat de biens immobiliers.

La réduction d’impôts varie en fonction de la durée d’engagement locative. Plus cette dernière est longue et plus la réduction est importante.

Durée d’engagement locativeRéduction d’impôts 2022Réduction d’impôts 2023Réduction d’impôts 2024
6 ans 12%10,5%9%
9 ans 18%15%12%
12 ans 21%17,5%14%
Loi Pinel et réduction d’impôts

La loi Pinel a ouvert d’innombrables possibilités pour le secteur de l’immobilier et s’est avérée populaire tant auprès de ceux qui recherchent une solution de défiscalisation que de ceux qui cherchent des opportunités d’investissement.

Avantages de la loi Pinel Plus

Les investisseurs qui choisissent d’investir dans la loi Pinel peuvent bénéficier de plusieurs avantages par rapport à d’autres types d’investissements. Il s’agit notamment de se constituer un patrimoine immobilier en bénéficiant d’avantages fiscaux. Nous allons voir en détail, les avantages de la loi Pinel Plus :

Réduction de l’impôt sur le revenu

L’avantage le plus connu de la loi Pinel est une réduction d’impôt. Cette réduction a été revue à la baisse en 2023. La réduction d’impôt peut être de 10,5 %, 15 % ou 17,5 % selon la durée d’engagement locative 6, 9 ou 12 ans.

Devenir propriétaire sans apport

La loi Pinel permet de financer l’intégralité du bien immobilier à crédit. Cela signifie que vous pouvez mobiliser votre épargne sur d’autres investissement. Avec le dispositif Pinel, l’achat de votre bien est remboursé par les loyers et les avantages fiscaux.

Possibilité de louer à sa famille

Le dispositif Pinel permet la location du bien immobilier à vos parents ou à vos enfants. Par conséquent, cela vous permet d’investir dans l’immobilier, de défiscaliser et faire bénéficier votre famille d’un loyer réduit.

Se construire une rente

L’investissement dans l’immobilier locatif constitue un des moyens les plus courants pour se constituer une rente. En effet, les loyers vous assure une rentrée d’argent régulière.

Inconvénients du dispositif Pinel Plus

L’investissement dans la loi Pinel s’accompagne de certains risques qu’il ne faut pas négliger. Comme tout dispositif, la loi Pinel Plus présente également des inconvénients. On peut citer :

Plafonnement des loyers

Le dispositif Pinel plafonne le montants des loyers en fonction de la localisation du bien immobilier. Il existe 5 zones :  A Bis, A, B1, B2 et C. Ces zones reflètent la tension sur le marché immobilier, la zone A est la plus tendue et la zone C est la moins tendue. Vous pouvez connaître la zone d’un bien immobilier avec le simulateur mis en place par l’administration.

Attention à la revente

Le dispositif Pinel Plus oblige à investir dans des logements neufs. En cas de revente, le bien immobilier sera considéré comme de l’ancien. Par conséquent, le prix de vente peut être inférieur au prix d’achat. Il convient également d’être vigilant sur le prix d’achat du bien immobilier. Vous trouverez à cette page les erreurs les plus courantes de l’investissement immobilier.

Obligation de louer au moins 6 ans

Le dispositif Pinel impose aux propriétaires de louer leur bien immobilier sur une période minimale de 6 ans.

Les critères à respecter pour bénéficier du dispositif Pinel Plus

Pour pouvoir bénéficier du dispositif Pinel Plus, les investisseurs doivent remplir certaines conditions fixées par le gouvernement français. Les exigences du dispositif Pinel Plus ont été durcies par rapport au dispositif Pinel initial.

Pour bénéficier du dispositif Pinel Plus, il faut acheter un logement neuf :

  • situé dans les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Vous pouvez vérifier à cette page l’adresse du bien est situé dans un QPV.
  • ou situé dans une zone Pinel qui respecte un niveau de qualité et de performance énergétique et environnementale (label environnemental E+C- et la classe A du diagnostic de performance environnementale), supérieur à la réglementation.

Le dispositif Pinel Plus impose également des surfaces habitables minimales :

Type de logementSurface habitable minimale
T128 m²
T245 m²
T362 m²
T479 m²
T596 m²
Surface habitable minimale pour la loi Pinel Plus

Les appartements du dispositif Pinel Plus doivent disposer de terrasse ou balcon privatifs d’une surface minimale de 3 à 9 m² selon la surface de l’appartement.

A noter également, que les appartements T3, T4 et T5 doivent avoir deux façades d’orientations différentes.

Comme vous l’aurez remarqué, les exigences du dispositif Pinel Plus sont exigeantes.

Pour garantir un investissement réussi dans le cadre du dispositif Pinel Plus, vous devez faire vos devoirs avant de faire une offre sur tout bien immobilier que vous envisagez d’acheter dans le cadre de la loi Pinel :

  • recherchez soigneusement la dynamique de l’emplacement
  • comparez le prix d’achat par rapport au prix de l’ancien
  • ciblez les villes dynamiques
  • choisissez les quartiers qui se transforment ou se développent
  • obtenez un financement auprès des banques à des conditions compétitives
  • faites attention aux remises offertes par les promoteurs pendant les périodes de faible demande, etc.

En suivant attentivement ces conseils, vous devriez être en mesure de maximiser votre retour sur investissement tout en minimisant le risque associé à l’investissement via ce schéma.

Investir dans l’immobilier par le biais du dispositif de défiscalisation Pinel du gouvernement français est une option attrayante pour de nombreuses personnes qui recherchent à investir dans l’immobilier et défiscaliser . Pour maximiser les rendements et minimiser les risques, il faut toutefois accorder une attention particulière à la recherche et à l’analyse avant d’engager des fonds dans une telle entreprise. Cet article a présenté quelques informations de base sur ce que le régime Pinel Plus implique, ses avantages, ses conditions, ses limites et ses conseils, qui devraient aider les participants potentiels à prendre des décisions éclairées sur l’opportunité ou non d’investir par le biais de Pinel. Nous vous recommandons de vous faire accompagner par un professionnel avant d’investir dans ce dispositif.

LMNP la clé pour investir et défiscaliser

Le statut de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP) est un régime fiscal avantageux pour ceux qui cherchent à investir dans un bien meublé. Ce type d’investissement peut procurer aux investisseurs des revenus locatifs non imposables, la possibilité de récupérer la TVA s’il s’agit d’un bien neuf, et une augmentation potentielle de la valeur marchande de revente. Lisez la suite pour savoir ce qu’il faut faire pour accéder à ces avantages et comment investir dans une propriété LMNP peut vous aider à économiser des impôts.

Qu’est-ce que le statut LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) ?

Vous envisagez d’investir dans une propriété LMNP ? Voici ce que vous devez savoir. Le statut LMNP est une désignation donnée aux propriétaires non professionnels qui louent des biens résidentiels meublés à titre de résidence principale. Pour bénéficier de ce statut, vous devez remplir certaines conditions, notamment :

  • louer votre bien à long terme (au moins 6 mois),
  • ne pas exercer d’activités professionnelles liées aux revenus locatifs.

Il y a plusieurs avantages à avoir un statut LMNP comme celui de pouvoir déduire les frais d’exploitation de votre revenu imposable et de bénéficier de certaines exonérations fiscales.

Le LMNP, ou loueur en meublé non-professionnel, est l’une des plus anciennes niches fiscales existant en France. Malgré les nombreuses réformes fiscales intervenues au fil des ans, les gouvernements successifs n’ont notamment pas touché à la LMNP en raison de ses importants avantages fiscaux. Cela témoigne de la pertinence d’une telle approche pour tous ceux qui recherchent une option de revenu locatif et financièrement gratifiante, qui peut également suivre l’évolution des temps économiques.

Le LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) est une solution financière intéressante pour ceux qui souhaitent louer des logements meublés.

Pour être considéré comme bailleur meublé non professionnel, il faut respecter quelques critères :

  • Louer des logements distincts de son logement d’habitation (Loi n° 49-458 du 2 avril 1949). En d’autres termes, ce statut ne s’applique pas aux personnes qui souhaitent louer une ou plusieurs pièces de leur propre habitation.
  • Les revenus des biens locatifs doivent être inférieures à 23 000 € par an pour l’ensemble des membres du foyer fiscal ou ne pas dépasser les revenus globaux du foyer fiscal.

Pour bénéficier d’un statut LMNP et satisfaire à toutes les exigences légales en matière de mobilier pour les biens locatifs.

Les avantages fiscaux du LMNP

Le statut LMNP permet aux propriétaires non professionnels de bénéficier d’avantages fiscaux qui sont habituellement inaccessibles autrement.

Les avantages du statut LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel) sont souvent méconnus. Ils sont nombreux, nous allons les voir en détail:

  • Le LMNP vous permet d’amortir sur plusieurs années le prix du bien immobilier. Il prend en compte la dévalorisation du bien chaque année.
  • Le statut de Loueur Meublé Non Professionnel permet de déduire les charges locatives et les intérêts d’emprunt. Ainsi, vous pourrez réduire le montant de votre impôt
  • S vous investissez dans un logement neuf pour une résidence de service (EPHAD, résidence étudiante), vous pourrez récupérer la TVA à 20 %. Avec cette possibilité offerte par ce type d’investissement, on comprend pourquoi tant de personnes ont profité de l’investissement dans les résidences de services.

Dans l’ensemble, cette stratégie fiscale est potentiellement très précieuse, mais toute personne qui souhaite l’appliquer doit comprendre exactement comment elle fonctionne. Il est vivement conseillé de faire appel à un comptable pour effectuer ces opérations.

Les avantages de la location meublée

En plus des avantages fiscaux, la location meublée offre d’autres atouts.

On peut citer une rentabilité plus élevée. En effet, un loyer pour un logement meublé sera plus élevé qu’un logement vide. En général, les loyers pour un logement meublé sont 5 à 30 % supérieurs.

Il est important de prendre en compte le type de mobilier que vous devez fournir. Il doit toujours respecter des normes élevées de confort, de qualité et de sécurité afin de faciliter la location. De plus, vous constaterez peut-être qu’en fournissant ces extras en plus d’un espace de vie agréable, vous pouvez attirer plus de locataires que les concurrents qui ne fournissent pas ces choses. En y réfléchissant bien, le statut LMNP et ses exigences en matière d’articles tels que le mobilier peuvent être bénéfiques pour augmenter le montant du loyer et par conséquent la rentabilité.

Cependant, la location meublé dispose d’un bail plus court. Cela signifie un turn-over plus important au niveau des locataires. Ce qui implique une hausse des frais due aux changements de locataire.

En cas de revente, le prix des logements meublés est supérieur aux logements vides.

Quelles sont les démarches pour devenir loueur meublé non professionnel ?

Le processus d’obtention du statut LMNP est simple, à condition que vous disposiez de tous les documents nécessaires.

Pour bénéficier du statut LMNP, il est indispensable de s’inscrire au greffe du Tribunal de commerce pour déclarer son activité et obtenir un numéro SIRET. Cette déclaration se fait avec le formulaire P0i.

Lors de l’inscription au Tribunal de commerce, vous devrez choisir le type régime fiscal, il y a deux options :

  • Le régime micro-BIC : lorsque les revenus locatifs sont inférieurs au plafond des micro-entreprises, le revenu net imposable est calculé après un abattement de 50 %
  • Le régime réel : lorsque que les revenus locatifs sont supérieurs au plafond des micro-entreprises, le loueur peut déduire l’ensemble des dépenses liées au logement meublé sous le statut LMNP (l’amortissement du bien, les travaux d’entretien, les frais d’acquisition et les intérêts emprunts …).

Investir dans un bien LMNP présente de nombreux avantages, notamment une augmentation potentielle de la valeur marchande de revente, une récupération de la TVA de 20 % selon le type de bien acheté, des déductions fiscales sur les frais de gestion et les paiements d’intérêts d’emprunt au fil du temps, et bien plus encore. Cependant, il est important que les investisseurs comprennent qu’il existe également des risques potentiels associés à ce type d’investissement, qu’il convient de prendre en considération avant de prendre toute décision. En étudiant soigneusement chaque option et en faisant preuve de diligence raisonnable avant d’investir dans une propriété LMNP, vous vous assurerez de prendre une décision judicieuse qui répondra à vos objectifs financiers à long terme.

Le calcul de l’abattement d’une assurance vie pour un rachat

L’assurance-vie est un placement réputé pour ses avantages fiscaux notamment les abattements sur les rachats. Un abattement est une déduction fiscale accordée pour diminuer l’assiette qui sert à calculer le montant de l’impôt. Dans cet article, nous allons faire le point sur ces avantages fiscaux et nous voir comment calculer les abattements sur les rachats.

Qu’est-ce qu’un abattement pour un rachat d’un contrat d’assurance vie ?

Un abattement est une déduction fiscale accordée pour diminuer l’assiette qui sert à calculer le montant de la fiscalité sur le rachat. Cet abattement s’applique uniquement aux contrats d’assurance-vie de plus de 8 ans. L’abattement qui concerne les rachats partiels ou totaux est forfaitaire, le montant dépend de la situation de l’assuré :

  • Pour une personne seule, l’abattement est de 4 600 €
  • Pour une personne mariée ou pacsé soumis à imposition commune., l’abattement est de 9 200 €

L’assuré bénéficie de cet abattement chaque année. En d’autres termes, si une personne seule a un contrat de plus de 8 ans et un intérêt de 5 000 €, il faudra effectuer 2 ans pour que l’abattement couvre la totalité des intérêts à raison d’un rachat par an.

Attention, l’abattement est tout contrat confondu.

  • Licenciement de l’assuré ou du conjoint
  • Invalidité de 2e ou 3e catégorie
  • Cessation d’activité d’un travailleur indépendant à la suite d’une liquidation judiciaire

Comment calculer l’abattement sur un rachat

Nous allons voir en détail le cas d’une personne seule et celui d’une personne marié :

Contrat de plus de 8 ansRachat total par une personne seuleRachat total par une personne marié
Versements80 000 €80 000 €
Encours sur le contrat110 000 €110 000 €
Montant du rachat50 000 €50 000 €
Plus-value imposable30 000 € (= 110 000 €- 80 000 €)30 000 € (= 110 000 €- 80 000 €)
Abattement 9 200 €4 600 €
Montant imposable20 800 (=30 000 € – 9 200 €)25 400 € (=30 000 € – 4 600 €)
Prélèvements fiscaux de 7,5 %1 560 € (=20 800 € * 7,5 %)1 905 € (=25 400 € * 7,5 %)
Calcul de l’abattement sur un contrat de plus de 8 ans

Pour un rachat partiel, il faudra déterminer la part de plus-value par rapport à l’encours de votre contrat avec la formule suivante :

Formule de la plus-value imposable pour un rachat partiel

Plus-value imposable = Montant du rachat partiel – [(total des versements * montant du rachat partiel)/ Encours du contrat]

Remarque : l’abattement concerne uniquement les prélèvements fiscaux. Les prélèvements sociaux de 17,2 % s’applique et ne sont pas concernés par l’abattement.

Maintenant, vous savez calculer l’abattement sur un rachat pour un contrat d’assurance-vie de plus de 8 ans.

L’optimisation fiscale pour particulier

Vous travaillez dur pour gagner votre argent, il est donc logique que vous souhaitiez en conserver le plus possible. Après tout, qui ne le voudrait pas ? Heureusement, il existe un moyen légal d’y parvenir – c’est l’optimisation fiscale.

L’optimisation fiscale est le processus qui consiste à réduire votre revenu imposable de manière légale et éthique. Cela peut se faire par le biais de dépenses déductibles, de dons de charité et d’autres méthodes. Et ce n’est pas seulement pour les riches – tout le monde peut bénéficier de l’optimisation fiscale. Alors, comment s’y prendre pour optimiser ses impôts ? Lisez la suite pour le savoir.

Les principes de l’optimisation fiscale pour les particuliers

L’optimisation fiscale est la minimisation légitime des impôts. Elle n’est pas l’évasion fiscale, qui est l’évitement illégal des impôts. Les stratégies d’optimisation fiscale peuvent être utilisées par les particuliers et les entreprises pour minimiser leurs obligations fiscales. Il existe plusieurs façons d’optimiser les impôts, et la meilleure approche dépendra des circonstances. Certaines méthodes courantes consistent à réclamer des déductions, à investir dans des comptes fiscalement avantageux et à profiter de crédits d’impôt. Bien qu’il existe de nombreux moyens légitimes de réduire votre facture fiscale, il est important de faire attention aux stratagèmes qui promettent des résultats irréalistes. Ces stratagèmes impliquent souvent des transactions financières complexes qui comportent un risque élevé d’audit ou de pénalités. En matière d’impôts, il est toujours préférable de consulter un fiscaliste qualifié pour s’assurer que vous profitez de toutes les déductions et de tous les crédits auxquels vous avez droit.

L’optimisation fiscale est souvent considérée comme quelque chose dont seuls les riches peuvent bénéficier. Or, ce n’est pas le cas. Tout le monde peut profiter des stratégies d’optimisation fiscale pour minimiser ses obligations fiscales. Il existe un certain nombre de façons différentes d’optimiser les impôts, et beaucoup d’entre elles sont parfaitement légales. Par exemple, les contribuables peuvent profiter des déductions et des crédits pour réduire leur facture fiscale. Ils peuvent également utiliser des comptes fiscalement avantageux, tels que le PEA et l’assurance vie, pour réduire leur revenu imposable. En prenant quelques mesures simples, chacun peut optimiser ses impôts et conserver une plus grande partie de son argent durement gagné.

L’optimisation fiscale naît de la pression fiscale, qui oblige les contribuables à rechercher des mesures leur permettant de réduire la charge fiscale. Les techniques d’optimisation fiscale sont généralement classées comme suit : déduction des charges du revenu global ; fiscalité et investissements immobiliers ; crédit de transition énergétique ; dons aux associations, etc.

Les techniques utilisées dépendent du type d’impôt et de la situation du contribuable. Cependant, l’optimisation fiscale doit toujours être effectuée dans le cadre de la loi afin d’éviter les sanctions. Les contribuables qui ne respectent pas la réglementation fiscale peuvent être soumis à des amendes, voire à des peines d’emprisonnement. Par conséquent, il est important de demander l’avis d’un professionnel qualifié avant d’entreprendre toute stratégie d’optimisation fiscale.

Dépenses déductibles

Les dépenses déductibles sont celles qui peuvent être soustraites de votre revenu total lors du calcul des impôts. Les exemples les plus courants sont les frais professionnels, les intérêts sur un prêt hypothécaire et les dons de charité. En déduisant ces dépenses de votre revenu, vous réduisez effectivement votre revenu imposable et, par conséquent, le montant des impôts que vous devez.

Il est important de noter que toutes les dépenses ne sont pas considérées comme déductibles. Par exemple, les dépenses personnelles telles que les loisirs et les vacances ne sont généralement pas déductibles. Par exemple, vous pouvez déduire de votre revenu certaines charges comme:

  • fraction déductible de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les revenus du patrimoine et de placement
  • pensions alimentaires et contribution aux charges du mariage
  • pensions versées à des enfants mineurs, à la suite d’une séparation.
  • frais de logement et de nourriture lorsque les parents logent un enfant mineur avec somme forfaitaire de 3.445 €.
  • cotisations et primes versées au titre de l’épargne-retraite
  • avantages en nature consentis à des personnes âgées de plus de 75 ans
  • versements effectués en vue de la retraite mutualiste du combattant
  • Certaines cotisations sur les produits PER individuel, PERP, PERE et article 83
  • Cotisations de sécurité sociale et assimilées non déduites pour la détermination des revenus catégoriels

Vous trouverez la liste exhaustive sur le site impots.gouv.

Investissement dans l’immobilier pour l’optimisation fiscale

Le gouvernement français encourage les gens à investir dans l’immobilier en offrant d’importants avantages fiscaux aux propriétaires. L’insuffisance du marché du logement a provoqué une grave pénurie, ce qui incite l’État à encourager les particuliers tandis qu’il encourage les investisseurs par des incitations lucratives telles que des taxes réduites, voire l’absence totale de charges ! Vous devez réfléchir au meilleur mode de détention de votre bien : directement ou indirectement par le biais d’une SCI (société civile immobilière).

La loi PINEL Plus

Si un particulier acquiert un logement dans le cadre du dispositif Pinel, il peut bénéficier d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 6 000 € par an. La réduction d’impôt augmentent avec la durée, elle est de 10,5 % pour un engagement de 6 ans, 15 % pour 9 ans et 17,5 % pour 12 ans dans la limite d’un plafond global de 300 000 € et de 5 500 € par mètre carré

La loi Denormandie

Le dispositif Denormandie permet de bénéficier d’une réduction d’impôt si vous réalisez un investissement locatif dans un quartier ancien dégradé. Cela concerne les logements à rénover, dans le but de le mettre en location entre 6 et 12 ans. La réduction d’impôt oscille entre 12 et 21 % du montant investi.

La loi Malraux

Le dispositif Malraux permet de bénéficier d’une réduction de 22 % à 30 % pour la rénovation d’immeubles à caractère historique ou esthétique, destinés à la location. Le dispositif Malraux est conditionnée par un engagement de location de neuf ans.

La Loi Censi Bouvard

Le dispositif Censi Bouvard permet de bénéficier d’une réduction de 11 % étalée sur 9 ans pour un particulier qui acquiert un bien meublé destiné à la location dans une résidence de services.

Le statut LMNP

Le statut de loueur meublé non professionnel (LMNP) est un statut attribué aux bailleurs non-professionnels qui louent des biens meublés. Il permet de réaliser un abattement représentatif de charges de 50 %.

Le Plan d’Épargne en Actions : PEA

Le PEA est un compte sur lequel vous allez pouvoir acheter et vendre des actions et fonds d’action en Europe. Les versements sont plafonnés à 150 000€.

Si vous retirez de l’argent de votre PEA après 5 ans, les gains de votre PEA sont exonérés d’impôt sur le revenu mais ils restent soumis aux prélèvements sociaux de 17,2 %.

Les crédits d’impôts pour l’optimisation fiscale

Les dons aux associations

Une autre façon de réduire votre revenu imposable est de faire des dons aux associations. Lorsque vous faites un don à une organisation caritative qualifiée, vous pouvez déduire 66 % du total des versements, dans la limite de 20 % du revenu imposable de votre foyer.

Le crédit d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile

Le montant du crédit d’impôt est égal 50 % des dépenses engagées dans l’année, dans la limite d’un plafond de 12 000 € par an. Il peut s’appliquer sur les prestations suivantes :

  • Garde d’enfants
  • Soutien scolaire
  • Aide à la mobilité des personnes ayant des difficultés de déplacement
  • Assistance aux personnes âgées ou en situation de handicap

Vous pouvez consulter l’ensemble des prestations concernées à cette page.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

Le crédit d’impôts pour la transition énergétique est réservé à la résidence principale et sous conditions de ressources. Il peut être utilisé pour les travaux suivants :

  • Remplacement de fenêtres en simple vitrage par des fenêtres en double vitrage
  • Équipement de chauffage fonctionnant au bois, énergie solaire ou autre biomasse
  • Pompes à chaleur autre que air/air

Vous pouvez trouver la liste complètes à cette page.

L’optimisation fiscale est un moyen légal et éthique de réduire votre revenu imposable – et qui ne souhaite pas payer moins d’impôts ? Il existe de nombreuses méthodes différentes d’optimisation fiscale, telles que la déduction des dépenses et les dons de charité. La meilleure façon de savoir ce qui vous conviendra le mieux est de consulter un professionnel de la fiscalité. Alors qu’attendez-vous ? Commencez à économiser dès aujourd’hui !